Dans la soirée du vendredi 28 juillet 2017, un camion-citerne feux de forêts 6000 litres (CCF6000) s’est renversé. A l’intérieur, quatre sapeurs-sauveteurs de Nogent-le-Rotrou.

L’engin a basculé et a effectué un trois-quarts de tonneau. (photo d’archives).

Dans la soirée du vendredi 28 juillet 2017, un camion-citerne feux de forêts 6000 litres (CCF6000) s’est renversé. Quatre sapeurs-sauveteurs de l’Unité d’instruction et d’intervention de la Sécurité Civile n°1 se trouvaient à bord. L’équipage a rapidement été pris en charge et transporté vers l’hôpital de Narbonne. Le bilan fait état d’un blessé léger (fissure costale).

En Corse-du-Sud et en Occitanie

Face à l’urgence de la situation dans le massif des Corbières, le Détachement d’Intervention Retardant (DIR) est engagé au profit du SDIS11, sur la commune de Davejean (Aude), menacée par les flammes, ce vendredi à 18h30. L’unique accès vers la tête de feu est une piste DFCI*, qui se dérobe sous le poids du camion, plein en eau.

L’engin bascule et effectue un trois-quarts de tonneau. C’est grâce à la réactivité et aux bons réflexes de l’ensemble des acteurs sur place, que l’équipage a rapidement été pris en charge.
Pour rappel, l’ensemble des moyens nationaux de la Sécurité Civile est mobilisé en renfort des sapeurs-pompiers territoriaux dans le cadre de la campagne estivale de lutte contre les feux de forêts. A ce titre, les militaires de l’Unité d’instruction et d’intervention de la Sécurité Civile n°1 sont déployés à l’heure actuelle en Corse-du-Sud et en Occitanie.

*Les voies de Défense des Forêts Contre l’Incendie sont un réseau de pistes à l’intérieur des massifs forestiers, permettant la circulation des véhicules et du personnel chargés de la prévention et de la lutte contre les incendies de forêts.

POLÉMIQUE autour de la relève du GIFF74 : le planning d’astreinte n’est pas respecté !!!! Le service opération du POPP sélectionne les agents sans aucun critères objectifs mais plutôt en fonction de s’ils sont docile ou non. Cette façon de faire aurait été validée et arbitrée par notre Directeur sur pression d’une organisation syndical SACHEZ QUE CE N’EST PAS LA CFDTSDIS74 qui a fait pression dans ce sens.
LA CFDTSDIS74 est pour le respect des procédures et notamment celles concernant le FDF !!!! Car cela fait quelques années que les disponibilités des quelques 400 agents FDF du SDIS74 se réduit!!!! Ne serait-ce justement pas le non respect des règles qui produit cet effet ????

Bon courage à la relève qui est parti ce matin du CSP Epagny et bon retour à ceux qui sont relevés et bravo pour le travail effectué notamment sur le feu de La Bastidonne(84).

Encore un problème de communication qui engendre de la frustration et de l’incompréhension.
Il est temps de ce serrer les coudes tous les sapeurs pompiers et PATS de la Haute-Savoie pour rompre ce cercle vicieux.

Les pompiers luttent contre les flemmes à Biguglia, lundi soir. – Crédits photo : PASCAL POCHARD-CASABIANCA/AFP

Par lefigaro.frAFP, Reuters Agences – Mis à jour 

 

VIDÉOS – Les violents incendies sont globalement contenus, à l’exception de plusieurs foyers dans le Var, dont le principal à La Croix-Valmer, près de Saint-Tropez. Au moins 15 policiers et 7 pompiers ont été blessés. La France, qui a sollicité l’aide de l’Europe, a annoncé la commande de six bombardiers d’eau.

Près de 4000 hectares partis en fumée, une vingtaine de secouristes blessés: les pompiers ont lutté mardi pour la deuxième journée consécutive contre des incendies, toujours attisés par des vents violents, en Corse et dans le sud-est de la France, le Var étant particulièrement affecté. La plupart de ces incendies étaient contenus mais celui d’Artigues dans l’ouest du Var menaçait encore des habitations mardi en fin de journée à Seillons-Source-d’Argens, et des évacuations ont eu lieu.

Pour venir à bout de ces feux destructeurs depuis deux jours, «la France a sollicité deux avions Canadair dans le cadre de l’aide européenne. En fin de journée, un premier avion prêté par l’Italie est arrivé en Corse en provenance de Gênes, a indiqué le préfet de Haute-Corse sur Twitter. Au total, 19 avions bombardiers d’eau – 10 Canadair, 7 Tracker et 2 Dash – avaient été engagés jusqu’ici pour aider plus de 4000 pompiers et militaires de la Sécurité civile, a précisé le ministère de l’Intérieur dans un tweet. Des renforts sont venus d’Alsace-Lorraine, de Nouvelle-Aquitaine et du couloir rhodanien. Au moins 7 pompiers ont été légèrement blessés et un autre a été brûlé au second degré dans le Var, et 15 policiers, dont 11 CRS, ont été légèrement intoxiqués par des fumées en Corse.

En déplacement en Corse, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a annoncé la commande de six bombardiers d’eau de type Dash 8 supplémentaires pour lutter contre les incendies de forêt. La flotte «est aujourd’hui suffisante en France», mais doit «faire l’objet à chaque fois d’un entretien quand elle revient à terre», a déclaré le ministre, qui s’est rendu à Biguglia au poste de commandement des pompiers luttant depuis lundi contre un incendie qui a détruit quelque 1.800 hectares de gros maquis.

 

• Dans le Var, des évacuations près d’Artigues

À proximité de Saint-Tropez, «à Croix-Valmer, le feu a ravagé 440 hectares mais il «n’avance plus», a indiqué le commandant François Barety des pompiers du Var. Les dégâts matériels sont limités: un cabanon à La Croix-Valmer et une maison à Ramatuelle ont brûlé. «De fait, on n’a plus d’habitations directement menacées, a-t-il précisé. Ici, le feu s’est déclaré près d’un sentier pédestre «et les gendarmes vont aller solliciter des témoignages», a indiqué le sous-préfet du Var, Philippe Portal, lors d’une conférence de presse.

La forêt du Conservatoire du littoral a payé un lourd tribut dans ce secteur. «Ce n’est pas une catastrophe écologique, mais c’est une catastrophe», a affirmé François Fouchier, délégué régional du Conservatoire du littoral. «On venait de fêter dix années sans incendie majeur et il y avait eu un boulot énorme en termes de reconquête naturelle et de canalisation de la fréquentation pour éviter la divagation des promeneurs», dit-il. «Il est à craindre que localement, la survie de la population de tortues terrestres d’Hermann soit hypothéquée. On va retrouver des carapaces brûlées», redoute-t-il. La zone abrite d’autres espèces endémiques comme des lézards verts et une végétation remarquable comme la barbe de Jupiter qui buissonne sur le cap.

Le feu d’Artigues «va maintenant monopoliser toute notre attention car il menace des habitations à Seillons-Source-d’Argens», dans l’ouest du Var, et «des gens vont être évacués», a déclaré le commandant Barety, précisant que des moyens allaient être redéployés de La Croix-Valmer à Artigues. Près de 1000 hectares ont brûlé et six sapeurs-pompiers ont été «légèrement blessés» en raison de la «violence des feux», a regretté Frédéric Marchi-Leccia, directeur adjoint du service incendie et secours du Var, auprès de Var-Matin. 600 pompiers sont mobilisés sur ce secteur. Le vent pousse désormais le feu vers la commune de Seillons-Source-s’Argens où un quartier a été mis à l’abris à l’initiative du maire.

Plus au nord du département, 300 hectares ont brûlé près de Saint-Maximin et plusieurs départs de feu ont eu lieu dans plusieurs communes du littoral comme à Fréjus. Huit massifs forestiers varois sur neuf sont en risque incendie «très sévère» ou «exceptionnel».

• En Haute-Corse, 1800 hectares parcourus

En Haute-Corse, où un incendie hors norme a parcouru 1800 hectares depuis lundi autour d’Olmeta-di-Tuda au sud de Bastia, plusieurs reprises de feu ont été constatées mardi matin. «Il s’agit de zones inaccessibles sur deux flancs à Biguglia et Furiani mais qui peuvent descendre si elles ne sont pas traitées», a indiqué à Reuters Gérard Gavory, préfet de Haute-Corse, ajoutant que des moyens aériens étaient en action. Toutefois, même si des zones «actives persistaient», l’incendie parti d’Olmeta-di-Tuda n’évoluait plus grâce à un «vent moins fort».

Au cours de la nuit de lundi à mardi, une centaine de personnes n’ayant pu regagner leur logement ont été hébergées dans des structures d’accueil. Selon le représentant de l’État, en dépit de la violence de l’incendie, aucune victime n’est à déplorer. Mais 15 policiers, dont 11 CRS, ont été légèrement intoxiqués par des fumées. L’origine du sinistre n’est pas connue mais des vents soufflant lundi à 140 km/h ont considérablement accéléré la propagation des flammes. Le risque incendie est toujours important en Corse ce mardi. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, s’est rendu en fin d’après-midi à Biguglia pour saluer les soldats du feu et faire un point sur la situation.

 

 
 
Les pompiers luttent contre les flemmes à Biguglia, lundi soir.

• À Nîmes, deux départs de feux

La ville de Nîmes fait état de deux départs de feux sur la commune ce mardi après-midi. Sur Twitter, les pompiers demandent de faciliter le passage des secours et d’éviter les secteurs concernés. Selon France Bleu Gard Lozère, dix hectares ont déjà été touchés par le premier incendie, sur le chemin du Tholozan. Près de 150 pompiers, 25 engins et deux Canadair sont sur place. Des maisons ont été évacuées, rapporte la radio locale. La préfecture a annoncé que la situation est «maitrisée» mais demande d’éviter le secteur.

Le second feu, situé au sud de la ville, est sous contrôle, selon les pompiers cités par France Bleu.

 

 

 

• Dans le Vaucluse, 865 hectares parcourus, le feu circonscrit

Attisé par un fort mistral, un incendie s’est déclaré lundi dans les forêts du massif du Luberon, près du village de la Bastidonne. 865 hectares de forêt ont été parcourus. Le feu était contenu, mais toujours actif sur le flanc gauche, en direction de Mirabeau, selon la préfecture. Plusieurs quartiers en périphérie du village de Mirabeau et un hameau voisin, soit une centaine d’habitations, ont été évacués lundi soir. La mairie avait mis à leur disposition une cinquantaine de lits mais la plupart ont trouvé une solution d’hébergement. Le Vaucluse avait été placé lundi en «risque très sévère» d’incendie, avec interdiction d’accès aux massifs. Des consignes reconduites ce mardi.

• Dans les Alpes-Maritimes, 90 hectares brûlés, le feu fixé

Carros. Google Maps

À Carros, à une vingtaine de kilomètres au nord de Nice, une dizaine de maisons ont été évacuées lundi après-midi après qu’un feu de forêt et de broussailles a été attisé par des vents forts, selon le directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes, Jean-Gabriel Delacroy. Le feu qui a ravagé 90 hectares, a été fixé ce mardi, confirme la préfecture des Alpes-Maritimes. 400 pompiers sont toujours mobilisés sur le terrain ainsi que trois hélicoptères.

Le feu pourrait être d’origine criminelle, a indiqué mardi Fabienne Atzori, la procureure de Grasse. «Il y a des éléments, c’est une hypothèse suffisamment sérieuse», a t-elle déclaré à l’agence Reuters sans fournir plus de détails sur ces éléments dont disposent les enquêteurs.

À Saint-Vallier de Thierry, un incendie qui a parcouru 15 hectares est fixé ce mardi matin. 160 pompiers restent engagés, annonce la préfecture du département.

Pour la journée de mardi, le département des Alpes-Maritimes est en risque incendie sévère et deux secteurs à Mandelieu et Théoule-sur-Mer en risque incendie très sévère.

Véhicule détruit à Carros.

À visionner sur le même sujet: 9 feux de forêts sur 10 sont causés par l’homme, reportage à Aix-en-Provence:

Castagniers (Alpes-Maritimes), lundi. Les flammes ont ravagé 120 ha. MAXPPP/EPA/SEBASTIEN NOGIER

Les experts s’attendent à une multiplication des incendies cet été, mais aussi dans les années qui viennent à cause du réchauffement.

Jamais,depuis l’été caniculaire de 2003, la France n’a autant redouté une vague de feux de forêt. Après la disparition de centaines d’hectares dans les Bouches-du-Rhône et les Pyrénées-Orientales ce week-end, c’est au tour de massifs aux portes de Nice (Alpes-Maritimes) d’être la proie des flammes depuis lundi. Le climat est propice à l’embrasement qui touche aussi le Portugal, l’Italie, la Croatie... : fortes chaleurs, vent, sols asséchés et absence totale de pluie. Les soldats du feu sont sur le qui- vive. Sans eux, les paysages auraient été encore plus noircis. « 95 % des sinistres forestiers sont neutralisés avant d’atteindre un hectare », évalue le colonel Grégory Allione, vice- président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers. Inventeur, dès 1962, du « guet aérien » qui permet, lors de patrouilles aux commandes de bombardiers d’eau, de neutraliser le moindre foyer naissant, l’Hexagone est l’un des pays les plus efficaces au monde. C’est plutôt en amont, dans la prévention, qu’on a de sérieux progrès à faire.

 

 -

 

Débroussaillement insuffisant

Pour éviter la propagation du feu mais aussi pour protéger les maisons, la loi oblige les particuliers à débroussailler dans un périmètre d’au moins 50 m autour de leur habitation. « Mais beaucoup ne la respectent pas, ils savent qu’il y a très peu de sanctions », regrette Francis Cros, président des Communes forestières de l’Hérault et de l’Occitanie. La prise de conscience passe notamment par une hausse des contrôles initiés par le préfet. Autre maillon faible : l’entretien (à la charge de l’Etat, des départements ou des communes) des pistes qui facilitent l’intervention des secours.

 

À quand une campagne à la télé ?

La prévention auprès du grand public est nettement améliorable. Car si, dans les stations balnéaires, des messages de sensibilisation sont régulièrement destinés aux touristes, il n’existe pas de véritable campagne nationale à la télévision visant les « urbains ». Or, plus de 70 % des incendies sont d’origine accidentelle, provoqués par l’imprudence ou l’inconscience humaine. « Il faut arriver à faire comprendre aux citoyens que le feu de forêt n’est pas une fatalité », martèle Pierre Macé, à la tête de l’association Défense des forêts contre l’incendie Aquitaine.

 

Des maisons trop près des bois

La réduction des surfaces agricoles a conduit à construire tout près des domaines forestiers. « C’est oublier que lorsqu’il y a un incendie, la forêt devient un monstre tueur », rappelle Hervé Le Bouler, responsable des questions forestières à l’association France Nature Environnement. Selon lui, « les règles d’urbanisme sont trop tolérantes par rapport au nouveau contexte de changement climatique.On devrait imposer une zone tampon entre l’espace qui peut brûler et l’habitation ».

 

Bientôt d’autres régions touchées

En France, 80 % des feux de forêt interviennent dans le bassin méditerranéen et le massif landais. Mais avec le réchauffement climatique, de nouveaux départements peuvent voir leurs arbres réduits en cendres. « Le sud du Massif central, l’Ardèche, la Drôme… » recense Alain Lesturger, directeur général de la Fédération nationale des communes forestières. « On a beaucoup parlé du littoral, mais il y a aussi un risque dans les terres, notamment en région Centre. C’est une donnée émergente prise très au sérieux », estime Alexis Hachette, du Syndicat national des personnels techniques forestiers-FO. Dans ces nouvelles zones, le matériel d’intervention, la réactivité et la culture du risque restent moindres, même si de gros efforts ont été réalisés.

Préparer l’avenir d’urgence

Pour Hervé Le Bouler, de France Nature Environnement, « ce n’est pas le moment de baisser la garde ». Car de nouveaux foyers pourraient s’enflammer dans une vingtaine d’années, « en Sologne, en forêt de Fontainebleau… ». « Il ne faut surtout pas s’attaquer aux moyens financiers de la sécurité civile en rognant sur les dépenses publiques », martèle-t-il. Les pompiers des futures régions concernées se préparent en allant épauler leurs camarades dans le Sud. « Cela contribue à leur formation et à leur entraînement. S’ils devaient être confrontés sur leurs terres aux incendies, ils sauront faire face », positive le colonel Allione.
 

QUESTION DU JOUR. Craignez-vous un grand nombre d’incendies de forêt cet été ?

 

  Le Parisien

Incendie près de Nice : le feu est sous contrôle à Castagniers, une centaine d’hectares ravagés
La colonne SERA2 composée des GIFF des SDIS 38, 42 et 74 rejoindra dès demain matin les effectifs du SDIS 06 pour lutter contre le feu de CASTAGNIERS.

Plus de 470 pompiers sont mobilisés pour contrôler un incendie virulent qui s’est déclaré à Castagniers, dans les Alpes-Maritimes, lundi après-midi. Une centaine d’hectares sont partis en fumée, tandis que trois soldats du feu ont été blessés.

“Le garage que j’ai mis 43 ans à construire vient de partir en fumée en quelques instants”. C’est impuissant qu’un habitant de Castagniers regarde l’incendie qui a ravagé son entreprise mais aussi plus d’une centaine d’hectares de terrain sur la commune de Castagniers, à une quinzaine de kilomètres de Nice.

Un violent incendie s’est déclaré lundi vers 14h30 dans cette commune des Alpes-Maritimes. Environ 470 pompiers, aidés par quatre Canadairs et deux hélicoptères, étaient mobilisés lundi soir pour tenter de le maîtriser. “Ce n’est pas encore maîtrisé mais sous contrôle”, ont précisé les pompiers.

La préfecture des Alpes-Maritimes a appelé les riverains à laisser libre l’accès aux secours, fermant en outre les routes  Nice/ Digne et Digne / Nice à la circulation. Les habitants ont été confinés dans leur habitation mais aucune évacuation n’a été nécessaire. Selon les informations de l’envoyé spécial de TF1, trois pompiers ont été légèrement blessés et un camion incendié. La topologie des lieux, le village est installé sur une colline, ne facilite pas le travail des pompiers. “On s’organise pour durer dans la nuit voire demain mardi. Cela s’est arrêté en lisière des zones habitées, deux habitations ont été approchées de très près par les flammes, sans dégât, et un atelier garage automobile a été endommagé”, a précisé la préfecture à l’AFP.

“On prie pour que nos maisons ne soient pas touchées”, affirmait lundi soir une jeune femme regardant les flammes lécher les contours des habitations. Dix hébergements ont été trouvés pour des personnes dans l’impossibilité de rentrer chez elles.

Par ailleurs, environ 200 hectares de maquis ont été détruits dans un incendie à proximité de Bonifacio (Corse-du-Sud) lundi après-midi. Le feu était en phase de “bonne accalmie” dans la soirée, a-t-on appris auprès des secours

Source LCI

En images, video et photo, les temps forts de l’intervention des 800 sapeurs pompier qui luttent sans relâche contre l’incendie. 750 hectares de forêts sont ravagés à Saint Cannat dans les Bouches du Rhône. Depuis midi le feu est maîtrisé.

Par Jacques Paté France3

Incendie à saint cannat

Les pompiers , près de 800, en action à Saint Cannat cette nuit dans le Département des Bouches-du-Rhône #sdis13 Pompiers 13► http://bit.ly/2tXCisJ

Publié par France 3 Provence-Alpes sur samedi 15 juillet 2017

La fournaise à Saint Cannat

Les pompiers dans la fournaise de l'incendie de Saint- Cannat dans les Bouches du Rhône. Le feu aurait pris au bord de la route . Aix-en-Provence (Aix-en-Provence, France) Pompiers 13► http://bit.ly/2tXCisJ

Publié par France 3 Provence-Alpes sur samedi 15 juillet 2017

Les flammes à Saint Cannat

Un feu violent qui dévore 750 hectares de la forêt de Saint Cannat dans les Bouches du Rhône près d'Aix en Provence. Prudence, ne jetez pas vos mégots dans la nature► http://bit.ly/2tXCisJ

Publié par France 3 Provence-Alpes sur samedi 15 juillet 2017

Un responsable des opérations à Saint cannat

Un responsable des opérations de secours Pompiers 13 fait le point sur l'incendie de Saint Cannat. Bouches du Rhône►http://bit.ly/2tXCisJ

Publié par France 3 Provence-Alpes sur samedi 15 juillet 2017

Pompiers et lance incendie à Saint Cannat

Avec leurs lances, les pompiers , près de 800, tentent de circonscrire le violent incendie de Saint cannat, dans les Bouches du Rhône.► http://bit.ly/2tXCisJ

Publié par France 3 Provence-Alpes sur samedi 15 juillet 2017

L'enquête sur l'incendie à Saint Cannat

Le vice- procureur du Tribunal de Grande Instance d'Aix en Provence : l'enquête est ouverte, la Police scientifique et technique procède aux investigations à Saint Cannat► http://bit.ly/2tXCisJ

Publié par France 3 Provence-Alpes sur samedi 15 juillet 2017

Police scientifique

La Police scientifique et technique à la recherche d'indices. Enquête sur l'incendie de Saint-Cannat. Un mégot est il à l'origine du sinistre ?►http://bit.ly/2tXCisJ

Publié par France 3 Provence-Alpes sur samedi 15 juillet 2017

Le vice procureur du Tribunal de Grande instance d’Aix en provence a ouvert une enquête, la Police scientifique et technique recherche le moindre indice

Hélicoptère à Saint Cannat

Hélicoptère bombardier d'eau en action à Saint Cannat. ► http://bit.ly/2tXCisJ

Publié par France 3 Provence-Alpes sur samedi 15 juillet 2017

Laurent habitant de Saint cannat

Laurent ne voulait pas quitter sa maison. Il a du évacuer les lieux en raison du feu qui menaçait son habitation à Saint-Cannat. Département des Bouches-du-Rhône

Publié par France 3 Provence-Alpes sur dimanche 16 juillet 2017

Laurent ne voulait pas quitter sa maison , cernée par les flammes.

Nos collègues de la colonne SERA2 (GIFF 38, 42 et 74) ont été engagé hier samedi 15 juillet 2017 vers 16 heures en renfort sur le départ de feu situé sur la commune de Saint CANNAT. Hier soir à 23 heures, ils étaient toujours sur le front.
Les habitants de la zone ont été invités à rester chez eux pour éviter d’inhaler les fumées de l’incendie. Plus de 800 pompiers luttent contre les flammes.

Les pompiers tentent depuis samedi après-midi d’éteindre un incendie en cours à Saint-Cannat (Bouches-du-Rhône), au nord d’Aix-en-Provence, qui a déjà parcouru 750 hectares de forêt, dont 500 hectares brûlés, selon un bilan provisoire, et menaçait des habitations.

A minuit et demi, la tête du feu ne progressait plus, mais l’incendie était loin d’être maîtrisé.

Vers 23 heures, les opérations continuaient au sol, les moyens aériens ayant été obligés de cesser leurs rotations à cause de la nuit tombée.

 «Il n’y a aucune victime mais des habitations sont menacées», a précisé le lieutenant-colonel Nicolas Faure, porte-parole des pompiers des Bouches-du-Rhône, invitant les habitants à «ne pas prendre la voiture pour éviter qu’ils inhalent de la fumée et meurent asphyxier». Vers 19 heures, la ligne TGV Paris-Marseille a été momentanément interrompue et l’autoroute A8 toute proche faisait l’objet d’une «vigilance particulière», ont informé les pompiers vers 21 heures.

Pour venir à bout de ce feu qui progressait toujours en début de nuit, «plus de 800 pompiers et 50 engins, appuyés par six Canadair et un DASH (avion gros porteur, ndlr)» étaient déployés à Saint-Cannat, a-t-on précisé. «Tous les moyens locaux et nationaux sont mobilisés, et des renforts des départementaux de Rhône-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Drôme et Hautes-Alpes» ont été demandés, a ajouté le lieutenant-colonel Faure.

Si l’origine de l’incendie est encore inconnue, il semblerait qu’il soit parti en bord de route. «Tout est possible», glisse le gradé. Une enquête a été ouverte.

«Qu’est-ce qu’on peut faire ?»

Les habitants de cette zone sont invités à «rester dans leurs maisons et ne prendre en aucun cas leur voiture», ne «pas emprunter la D17 et la D18 entre Saint-Cannat et Eguilles» pour faciliter l’accès des secours.

«J’étais dans le salon, puis on a vu le ciel très bleu devenir gris, noir… Et, surprise ! A 3 km, il y avait un feu», a raconté à l’AFP une habitante prise au piège à Eguilles, Michelle Marmion, 69 ans. «Qu’est-ce qu’on peut faire ?», s’interroge cette femme en regardant le feu qui «progresse, a sauté la route, passe de tous les côtés parce qu’il y a des bourrasques.

En début de soirée, les pompiers ont réussi à éteindre un autre feu qui s’était déclaré sur la commune de Port-de-Bouc, près de la ville côtière de Fos-sur-Mer, mobilisant «200 pompiers, plus de 50 engins, 2 Canadairs, 2 trackers et un hélicoptère bombardier», ont annoncé les pompiers dans un communiqué.

Touchées plus tôt, en début d’après-midi, les communes Peyrolles et de Salon-de-Provence étaient hors de danger après que les secours aient réussi à maîtriser d’autres feux qui n’ont fait aucune victime.

En raison du vent et de la sécheresse, la préfecture a annoncé l’interdiction totale d’accès dimanche à 18 massifs des Bouches-du-Rhône, dont ceux des Alpilles, Montagnette, Rougadou, Chambremont, Chaine des côtes, Trevaresse, Concors-Ste Victoire, Lunard, Collines de Lançon, Quatre termes, Sulauze, Barjaquets, Arbois, Montaiguet, Castillon, Collines de gardanne, Regagnas ou Cote Bleue.

 

 Dans la foulée, un autre feu s’est déclaré du côté de Castillon vers Port de Bouc.

Ce matin à 6h00, le GIFF74 est parti du CSP Epagny sous le commandement du Lieutenant Franck VIOLLAZ,  Composé de 4 CCF (Samoens, Thonon, Bonneville et Rumilly), 2 VTU (Sallanches et Faverges), 1 VPCC (Annemasse), 1 VLHR (Annecy).

LeGIFF74 retrouvera les GIFF38 et 42 à Valence pour constituer la colonne SERA2 et se diriger sur l’ENSOPP avant de prendre en compte leurs missions.

Vous devez etre connecte pour lire le contenu reserve.

La colonne SERA2 reste basé à l’ENSOPP en mission préventive, elle est sous le commandement du Commandant Serge BOURGUIGNON du SDIS74. Au menu de chaque journée entretien du matériel

Vous devez etre connecte pour lire le contenu reserve.
, puis entrainement au manoeuvre du GIFF.