Un pompier de passage sauve un conducteur de sa voiture en feu : « Je lui ai dit qu’il pouvait brûler un cierge »

Un pompier de passage sauve un conducteur de sa voiture en feu : « Je lui ai dit qu’il pouvait brûler un cierge »

Un automobiliste, victime d’un accident à Étuz (70) jeudi soir, a été secouru in extremis par un pompier volontaire du Doubs qui passait par là. Ce dernier, âgé de 27 ans, a couru vers la victime pour l’extraire de son véhicule en feu.

Xavier Deforet est volontaire depuis 2010. « J’ai toujours été attiré par ce métier. À 18 ans, je me suis installé à Levier à côté de la caserne. J’étais intrigué par les manœuvres. Je suis devenu volontaire deux ans après. » Photo DR

C’est un cas de figure à vous convaincre à tout jamais que, oui, le hasard fait bien les choses… Quelle probabilité pour qu’une personne formée et entraînée assiste en direct à un accident pour se porter au secours de la victime ? « Mon chef de centre m’a dit que si ce genre de choses arrivait à deux pompiers, ce serait déjà énorme ! », témoigne Xavier Deforet, pompier volontaire au centre de Pouilley-les-Vignes, dans le Doubs.

Jeudi soir, le destin a voulu que l’homme de 27 ans circule entre Étuz et Chambornay-lès-Pin, en Haute-Saône, et croise la route d’un automobiliste qui allait bientôt avoir grandement besoin de lui.

Un garrot avec un lacet et un stylo

Xavier Deforet rentrait chez lui après une soirée chez des amis, à Chaux-la-Lotière. Devant lui, son épouse circulait à bord de l’autre voiture familiale. « Je l’avais rejointe chez nos amis après le travail », raconte le chef boucher dans la grande distribution, pompier volontaire depuis sept ans. Vers 23 h 45, dans un virage, son épouse, puis Xavier, ont croisé une voiture dont la trajectoire semblait incertaine. Après deux manœuvres pour tenter de se remettre dans sa voie, la voiture finit par traverser la chaussée, derrière le véhicule du pompier. « Elle est montée dans le talus. Dans mes rétros, je l’ai vu partir en tonneaux, et s’embraser en l’air. »

Immédiatement, le pompier fait des appels de phare à son épouse avant de faire demi-tour brusquement. « J’ai appelé les pompiers, puis couru vers la voiture. »

Le véhicule accidenté a terminé sa course sur le toit. « Elle penchait vers l’avant, et les fenêtres étaient brisées. Tout l’avant était en feu, et les flammes commençaient à lécher l’habitacle. L’essence commençait à se répandre. J’ai vraiment pensé que ça pouvait exploser. » L’automobiliste, un jeune homme, était coincé dans la voiture, mais conscient. « Sa ceinture de sécurité le retenait. Je lui ai dit qu’il ne fallait pas qu’on traîne. Je lui ai demandé de se détacher. En le faisant, il a basculé côté passager et a pu commencer à s’extraire par la fenêtre. »

Le pompier l’a tout de suite rejoint de l’autre côté pour l’aider à sortir. « Je l’ai conduit derrière mon véhicule pour lui faire les premiers soins en sécurité. Il présentait une importante hémorragie à la main, je lui ai posé un garrot avec un lacet et un stylo, même si ça ne se fait pas trop en règle générale. »

La jeune victime sera finalement transportée vers l’hôpital de Besançon dans un état grave, mais en vie. « Il était dans une situation plus que délicate. Je lui ai dit qu’il pouvait aller brûler un cierge. Je n’ai pas forcément mesuré le danger sur le moment, je crois. Mon épouse, qui a assisté à la scène, m’a pas mal houspillé ! »

Au sein du corps départemental des pompiers, la nouvelle a rapidement tourné depuis vendredi. « Je ne veux pas une médaille pour ça, même si c’est un honneur. Je suis content de ce que j’ai fait, mais on est là pour ça… »

Laurie MARSOT

Tags:  ,

Espace membre

Météo

58°
14°
°F | °C
Partly Cloudy
Humidity: 94%
Fri
Thunderstorms
56 | 82
13 | 27
Sat
Thunderstorms
58 | 82
14 | 27

Espace membre