Après onze années passées en Haute-Savoie, le colonel Alain Rivière quitte les Alpes pour les terres ardéchoises. L’ex-directeur adjoint du Service départemental d’incendie et de secours de la Haute-Savoie pour diriger le Sdis de l’Ardèche. Un beau défi professionnel qu’à 53 ans, cet officier expérimenté n’a pas hésité à relever.

Jean-Marc Rivière (à droite) était directeur adjoint du Sdis 74 depuis 2006. Il fut directeur par intérim entre le colonel Jean-Guy Laurent et le contrôleur général Jean-Marc Chaboud (à gauche). Photo Le DL/S.B

« Après le chabichou du Poitou et le reblochon de Haute-Savoie, vous allez découvrir le picodon » a lancé, taquin, le contrôleur général Jean-Marc Chaboud, pour saluer le départ de celui qui fut son adjoint pendant sept ans. « Un adjoint passionné par l’écriture » a souligné le directeur du Sdis74, révélant qu’Alain Rivière était l’auteur de deux ouvrages consacrés à l’occupation des Allemands à Saint-Dizier (sa ville natale en Haute-Marne) en mai 1940 et L’histoire des sapeurs-pompiers de Niort.

Passionné par la grande histoire et celle des sapeurs-pompiers

En présence de nombreux sapeurs-pompiers, élus et personnalités du département, le partant a fait le point sur ces onze années passées à la vitesse de l’éclair : « Les plus intenses de ma carrière, comme en atteste le blanchiment de mes moustaches et de mes cheveux. »

« J’aurais pu finir ma carrière ici, dans cette terre chargée d’histoire que j’affectionne, a-t-il expliqué, mais Jean-Marc Chaboud m’a encouragé en me disant qu’il fallait savoir avancer dans la vie … Il m’a aussi fait profiter de ses conseils professionnels, footballistiques et œnologiques, tous utiles pour un directeur. »

Marqué à jamais par les drames d’Allinges et Chevaline

Au moment de partir, Alain Rivière est revenu sur les moments marquants de cette décennie avec des catastrophes et des secours, citant la surveillance de la poche d’eau du glacier de Tête Rousse, le passage du Tour de France, la gestion sanitaire des bouquetins du Bargy. « Je n’oublierai jamais le drame d’Allinges en 2008 et la tuerie de Chevaline, en 2012. Deux terribles moments que j’ai vécus en direct depuis le centre opérationnel. Deux interventions hors norme dont vous comprenez dès l’appel qu’elles marqueront à jamais l’histoire et la mémoire collective d’un département… » Désormais directeur du Sdis 07, Alain Rivière prend la tête d’un Service départemental comptant 150 sapeurs-pompiers professionnels, 2 500 volontaires et 60 personnels administratifs et techniques, qui veillent sur une population de 330 000 habitants. « Un département à taille humaine qui a l’originalité de ne posséder ni autoroute ni gare de voyageurs » souligne le nouveau directeur, qui découvrira en revanche la gestion du risque nucléaire, un des seuls à être absent en Haute-Savoie.